Chantal Paquin

image-2Chantal Paquin

Depuis quand cours-tu ?

J’ai 2 début. Le premier c’est fait vers l’âge de 8 ans où courir était devenu ce qui me rendait heureuse et cela jusqu’à mes 33 ans, soit le 26 octobre 2006 ( jour où j’ai paralysé)

Et le second 1 juin 2013 où je me suis inscrite à un marathon à la marche avec team in training ( pour la leucémie) pour janvier 2014 à Disney en précisant dans ma tête que moi je le ferai moitié moitié 1:1. C’est ma deuxième renaissance.

Que représente la course pour toi ?

C’est ma victoire sur la maladie. C’est me sentir libre, vivante, en plein possession de mon corps. C’est de m’accepter tel que je suis. Je ne serai plus jamais la lièvre que j’étais avant 2006 mais qu’aujourd’hui même si je suis dernière avec mes pas de tortues la course est le seul moyen que je connais pour je me sente en pleine possession de mon corps et je me dit aussi que peu importe que je sois une tortue je suis plus vite que ceux qui restent affalés sur leur sofa à remettre toujours tout à demain.

Quel est ton meilleur souvenir de course à pied ?

Le 14 juin 2015 restera gravé à jamais tant sur ma peau (tattoo) hihi que dans ma mémoire. À cette date, j’ai prouvé qu’on pouvait tout réussir si notre mental est fort. Ce jour là je me suis prouvée à moi et à tous les docteurs qui croyaient que plus jamais j’allais pouvoir remarcher un jour qu’on peut décrocher son étoile à tout moment. Je suis passée de femme handicapée en 2006 à marathonienne en 2015.
Et la tortue que je suis n’a pas terminé dernière au marathon de Liverpool.

Pour honorer mon combat, l’équipe de team in training a négocié un départ parmi les élites. Une fierté que jamais je n’oublierai. Les gens voyais la modification sur mon dossard et s’exclamaient. Wow belle amélioration partir du corral M a celui de A.

Je serai à jamais reconnaissante en la vie de me permettre d’en profiter au maximum et cela malgré de nombreuses séquelles. Je suis fière de dire que je l’ai complété en 6h07:51. C’est 2 marathon pour certaines personnes.

Quel est ton prochain objectif ?

Recommencer l’entraînement du début car suite à une blessure on m’a interdit la course depuis janvier 2016 donc le retour se fera progressivement mais il se fera.
Dans quel but t’es-tu joint aux Guépards ?

Parce que les gens qui en font partie se soucient autant de moi qui suis une tortue que de ceux qui sont rapide. Parce que même si je suis toujours loin derrière eux, ça me pousse a sortir de ma zone de confort, parce qu’on forme une petite famille de coureurs qui s’entraide et qu’ensemble on se motive a nous surpasser. Début juin, j’ai bon espoir d’y retourner car depuis quelque temps l’arthrite s’est mis dans mes articulations mais je sais que si la chaleur est là la douleur sera moins présente.

Logo signature

Marie-Claude Santerre

994344_10152579403085400_2078781914_nMarie-Claude Santerre

Depuis quand cours-tu ?

Je me suis mise à la course à pied il y a maintenant 4 ans et ce fût le coup de foudre dès la première foulée! À la surprise générale de mon entourage, je n’ai jamais arrêté depuis ce jour et je peux affirmer que la course à totalement changé ma vie.

Que représente la course pour toi ?

J’ai toujours abordé la course à pied comme une méditation en mouvement. Un moment où je peux me connecter avec qui je suis réellement et où je peux faire le vide dans ma tête, m’aérer puis repartir du bon pied au retour. La course à pied me permet également d’être un modèle positif pour mes 3 garçons qui font maintenant tous de la course.

Quel est ton meilleur souvenir de course à pied ?

Je me souviens très bien du premier demi-marathon que j’ai réussi, dans l’anonymat total, sur un boulevard achalandé près de chez-moi. Je me souviens de l’immense joie et surtout de la fierté que j’ai ressenti en voyant ma montre afficher les 21.1 km. N’étant pas très démonstrative sur les lignes d’arrivée habituellement, je me souviens m’être tout de même permis une petite danse de la joie sur le bord de la rue devant les regards surpris des passants! De toute beauté!

Quel est ton prochain objectif ?

J’ai plusieurs épreuves dans ma mire pour la prochaine saison mais mes 2 principales seront le 5i50 Tremblant en juin et le 20 km de l’Ultranza trail en octobre, ma première course en sentier dépassant les 5 km.
Dans quel but t’es-tu joint aux Guépards ?

Du jour 1 jusqu’à aujourd’hui, 4 ans plus tard, j’ai toujours couru sensiblement à la même vitesse, préférant les courses de longues durées confortables aux courses rapides sur 5 ou 10 km. Je me joint au club principalement parce que je désire maintenant améliorer ma vitesse et il n’y a rien de mieux pour progresser à la vitesse grand V que de le faire en groupe!

Logo signature

Francis Lamarche

IMG_1561Francis Lamarche

Depuis quand cours-tu ?

Je cours depuis bientôt 1 an. Je suis un débutant et je m’assume !

Que représente la course pour toi ?

La course est entrée dans ma vie comme la solution à beaucoup de problèmes. Je n’ai jamais été très actif dans ma vie et jamais un fan des sports d’équipe (hockey, baseball, …). Avant de débuter la course, je pesais 215 livres, je souffrais d’anxiété et de stress et mon asthme n’améliorait pas le constat. La course m’a permis non seulement de perdre du poids et d’être plus en forme mais également à beaucoup travailler sur mon état d’esprit et mon anxiété.

Quel est ton meilleur souvenir de course à pied ?

Lorsque j’ai participé à ma première course officielle. J’ai effectué le 5 km de la Course d’Oka en 2015 avec un temps de 28:30:00. Ça n’est peut-être pas un grand exploit mais j’avais dépassé mes attentes et j’avais découvert une communauté de coureurs qui était chaleureuse, motivante et inspirante.

Quel est ton prochain objectif ?

Mon objectif est de me mettre au 10 km et de le réaliser dans un temps acceptable. Je garde les grandes distances pour un futur prochain et je préfère y aller doucement !
Dans quel but t’es-tu joint aux Guépards ?

Après avoir couru seul, je voulais joindre un groupe de course qui allait non seulement m’apporter des outils pour m’améliorer mais également rencontrer des personnes inspirantes et passionnées qui sauraient m’inspirer et me motiver à me dépasser dans les moments parfois plus creux de l’entraînement. Je ne suis vraiment pas déçu avec les Guépards !

 

Logo signature

Marc Bineault

image1Marc Bineault

Depuis quand cours-tu ?

Je cours depuis 6 ans.

 

Que représente la course pour toi ?

Un moment de mise en forme et connaissance de soi.

 

Quel est ton meilleur souvenir de course à pied ?

Mon premier demi-marathon.

 

Quel est ton prochain objectif ?

Courir en dessous de 2:00 le demi-marathon de Montréal en septembre.
 

Dans quel but t’es-tu joint aux Guépards ?

Je suis depuis quelques années à la recherche d’un club de course. Étant des Basses-Laurentides, je cherche dans la région. Je m’informe.

Logo signature

Guy Boivin

2013-défi 2 montagnes 10km Guy Boivin

Depuis quand cours-tu ?:

J’ai couru beaucoup dans ma jeunesse de 12 à 20 ans, puis j’ai recommencé avec les Guépards en janvier 2013 et je n’ai pas arrêté depuis ce temps! ;O))

Que représente la course pour toi ?:

Une belle activité pour que me garder en forme et rester jeune! ;o)

Quel est ton meilleur souvenir de course à pied ?:

Mes médailles dans ma jeunesse et mes deux 1/2 marathon de Montréal. Que de beaux souvenirs! Et depuis 2 ans, tout les entrainements avec les Guépards et compétitions avec eux! ;O)

Quel est ton prochain objectif ?:

Marathon de Montréal 2015! Rêve de jeunesse ;O))

Logo signature

Martin Rochon

Martin RochonMartin Rochon

Depuis quand cours-tu ?

J’ai un long parcours en course à pied.  À l’âge de onze ans, environ, mon professeur d’éducation physique au primaire, un passionné d’activité physique, une journée par semaine, donnait des cours à un groupe dont je faisais partie. Nous demeurions à l’école après les heures de classe et il nous initiait à toutes sortes de sports possibles, dont la course à pied.  Je suis originaire de la région de Lanaudière et, au début juin, il y avait le Maski-Courons, l’événement de course à pied dans notre région à la fin des années 70 et dans les années 80. Mon professeur a été l’organisateur du voyage pour les élèves qui étaient intéressés à participer à cette course. Ensuite, au secondaire, j’ai participé, durant les automnes,  aux épreuves de cross-country.  Aux printemps de ces mêmes années, j’ai fait partie de l’équipe d’athlétisme. Mes disciplines étaient les courses de demi-fond de 1500 mètres et 3000 mètres. Je n’ai jamais rien gagné. Certaines années, j’ai réussi les standards pour me qualifier aux finales régionales, mais sans plus. Le Maski-Courons est devenu, pour moi, l’événement annuel familial de mon enfance et de mon adolescence. Mes sœurs y participaient et même ma mère, qui faisait le 5 kilomètres marche.   Mes modèles étaient Jo Malléjac, Richard Garneau, Serge Arsenault, Jocelyne Gareau et Claude Quenneville qui participaient à l’événement.  Au fil des années, j’ai pris part à diverses courses dans plusieurs catégories de distances sans toutefois dépasser celle de vingt kilomètres.  Arrivé à la mi-vingtaine, j’ai eu un problème aux deux genoux.  Un médecin m’a alors recommandé d’arrêter la course à pied.   Une fois rétabli, j’ai couru de façon sporadique pendant plusieurs années.  Depuis 2007, je cours régulièrement et tout au long de l’année.  C’est  depuis 2012 que j’ai repris part à quelques compétitions.  Maintenant, ma conjointe m’accompagne dans quelques-unes de mes participations à des événements de course en prenant part aux épreuves du 5 kilomètres marche.

 

Que représente la course pour toi ?

La course à pied est devenue pour moi une véritable thérapie.  J’ai toujours été sportif.  Je joue au hockey et, à chaque année, comme préparation avant le début de mes saisons, mon programme de remise en forme passait par 3 ou 4 semaines de course à pied.  Vers les années 2007-2008,  je vivais vraiment beaucoup de stress au travail, ce qui m’occasionnait beaucoup de problèmes de sommeil.  Alors, j’étais moins en forme, toujours fatigué et je ne me reconnaissais plus.  J’avais remarqué que lorsque je jouais au hockey, c’était là que je dormais le mieux. Je ne pouvais tout de même pas jouer au hockey sept jours par semaine. Alors c’est là que je me suis remis à la course à pied; une activité pour laquelle je n’avais pas à investir une fortune en temps, en argent et qui est très rentable au niveau des résultats.  Maintenant peu importe où je vais, j’apporte mes espadrilles.  Pour moi la course à pied c’est la santé, autant au niveau physique qu’au niveau mental.  En 2013, j’ai fait près de 1900 kilomètres de distance au total.

 

Quel est ton meilleur souvenir de course à pied ?

Jusqu’en 2012, je courais sans programme. J’improvisais mes entrainements sans avoir vraiment d’objectif à part celui de demeurer en forme.  Je ne participais à aucun événement de course comme tel.  C’est alors qu’à l’été 2012, une collègue au travail, coureuse également qui me voyait courir dans le quartier, m’a parlé en bien du livre Courir au bon rythme écrit par Jean-Yves Cloutier et Michel Gauthier.   Elle qui avait commencé la course depuis peu, m’a dit qu’elle s’était inscrite au demi-marathon de Montréal.  Je la trouvais très ambitieuse. À ce moment-là,  elle est venue réveiller en moi un rêve que j’avais depuis ma jeunesse, soit celui de prendre part à un marathon au moins une fois dans ma vie.  Je me suis dit que, si elle était en mesure de faire un demi-marathon, j’étais bien capable de faire le marathon.  J’étais une personne en bonne forme physique. Je n’éprouvais plus de douleurs aux genoux comme dans ma jeunesse.  Suite à la lecture du livre,  j’ai eu la motivation que je recherchais. Je voyais que les astres étaient alignés pour que j’atteigne mon objectif et réalise mon rêve.  C’est le 22 septembre dernier que tout cela s’est concrétisé. J’ai fait la compétition du marathon de Montréal. Quand j’ai franchi le fil d’arrivée, j’ai vu défiler tous les efforts, les découragements, les blessures et les sacrifices, etc. Cependant, quelle joie, quelle satisfaction! Il n’y a pas de mot pour décrire l’émotion de ce moment.  J’étais très ému. J’ai même versé quelques larmes de joie.

 

Quel est ton prochain objectif ?

Tant que la santé me le permettra, j’aimerais faire un marathon par année.  Pour cette année 2014, je vais faire le marathon des Deux rives qui se tiendra à Québec.  Éventuellement, peut-être que j’en ferai quelques-uns un peu partout à travers le monde, Londres, New-York, Sydney, Athènes…
Dans quel but t’es-tu joint aux Guépards ?

Je me suis joint à la meute officiellement en février ou mars 2013 parce que j’étais convaincu que le fait de courir en groupe me permettrait d’atteindre mon objectif, celui de participer au marathon de Montréal.  J’ai appris beaucoup en partageant avec les autres coureurs et ça m’a permis de garder la motivation.  Les entraineurs ont fait la différence dans ma préparation au marathon et je leur en suis très reconnaissant.  Dans les moments difficiles, ils ont su me donner confiance, m’épauler et m’encourager.  De plus, j’ai fait la rencontre de gens extraordinaires, qui sont  des passionnés de course à pied avec qui je tisse des liens d’amitié et de camaraderie qui ne cessent de grandir.  C’est un plaisir de se retrouver lors de nos rencontres dominicales ou, encore, dans le cadre d’activités sociales.  Je n’ai pas été déçu. Finalement, je souhaite longue vie aux Guépards!

Logo signature

Hugues Bruneau

13231191_10156868964935290_9378033_nHugues Bruneau

Depuis quand cours-tu ?

J’ai commencé à l’âge de 17 ans. Je devais me mettre en forme pour des tests d’admissions au cégep. J’ai en mémoire des foulées lentes et laborieuses ainsi qu’un souffle court. Tranquillement pas vite, j’ai été prêt pour la réussite de ces tests. Depuis ce temps je n’ai pas arrêté de courir. Ce n’est qu’en 2013 que j’ai commencé à m’inscrire à des courses officielles.

Que représente la course pour toi ?

Pour moi la course représente davantage que de l’entrainement. C’est une période de repos. Rien de tel qu’après une journée stressante d’aller courir 1hr et de revenir calme et serin. C’est aussi une belle période pour se retrouver soi-même et écouter de la bonne musique. C’est bien de battre ses temps personnels, mais rien de plus magique que de courir l’hiver sous une légère averse de neige. Prendre le temps de profiter de la nature qui nous entoure.

Quel est ton meilleur souvenir de course à pied ?

La course à relai de 123 km au lac Memphremagog à l’été 2013. Malgré l’énorme difficulté de ce défi, ça reste mon plus beau moment, Un esprit d’équipe incroyable, des paysages magnifiques, courir avec son passeport en main et il ne faut pas oublier les côtes à ne plus finir. Ah oui des côtes, ça monte, monte, monte, soudain de l’espoir loin devant et non un faut plat ! Une expérience à refaire malgré mes  mollets en feu durant une semaine!

Quel est ton prochain objectif ?

C’est simple, sans cesse  me dépasser. M’améliorer jour après jour. Dans un futur proche, faire des petits voyages de courses. Boston, Niagara Fall, L.A sont quelques destinations visées.


Dans quel but t’es-tu joint aux Guépards ?

Après 10 ans à courir seul, mes résultats stagnaient. Je cherchais d’autres passionnés de la course pour me motiver et me dépasser davantage. Des passionnés dieu sait qu’il y en a chez les Guépards. J’aime aussi partager mes connaissances et expériences avec les autres. Aussi, je me cherchais une activité sociale. En toute franchise pourquoi ne pas faire des rencontres agréables avec des gens ayant une passion commune.

13271970_10156868964345290_1194915521_o

Logo signature

 

Nathalie Singer

Nathalie SingerNathalie Singer

Depuis quand cours-tu?

Cela fait 4 ans que je cours. J’ai commencé à m’entrainer lors de mon congé de maternité avec mon troisième enfant car il fallait que je me remette en forme pour faire des activités avec mes plus grands. Je n’étais pas très sportive et cela m’a demandé de sérieux efforts. J’ai commencé à alterner marche et course avec des sorties de 20 min maximum, 3 fois par semaine tout en poussant mon plus jeune dans une poussette jogging. Au début, j’étais incapable de courir 1km sans m’arrêter. De plus, mes deux grands faisaient partie d’un club de course à leur école primaire ce qui m’a motivé à m’inscrire à ma première compétition, un 5 km, soit 5 mois après avoir chaussé mes souliers de course pour la première fois. J’ai commencé à voir des résultats après 2 mois ; je pouvais courir plus longtemps sans être essoufflée ni point de côté. Après cette première compétition, j’ai eu la piqure !

Que représente la course pour toi ?

La course fait partie intégrante de ma vie, c’est devenu un besoin vital ! Si je ne cours pas, je ne me sens pas bien. Physiquement, cela me permet de me sentir bien dans mon corps, de me défouler, de vouloir dépasser mes limites. Mentalement, c’est pour moi une forme de méditation, quand je cours seule, je suis dans ma bulle, je fais le vide, et cela me permet de recharger mes batteries ! C’est un moment juste à moi, ce qui, quand on est parent, n’est pas toujours facile à trouver !

Quel est ton meilleur souvenir de course à pied ?

Je pense que c’est la première fois que j’ai terminé le marathon de Montréal. C’était l’aboutissement de tellement d’heures d’entrainement, de périodes de doutes où je me demandais si j’allais en être capable. En passant le fil d’arrivée, c’était très fort, on se rend compte que les limites n’existent pas et que l’on peut arriver à beaucoup avec de la motivation….et de bons entrainements !

Quel est ton prochain objectif ?

À moyen ou long terme, ce serait de pouvoir me qualifier pour le marathon de Boston. Ce marathon m’a toujours attiré. Encore à moyen ou long terme, ce serait de réaliser un ultra-marathon de 100km. Ça parait fou, mais au début où j’ai commencé à m’entrainer, faire un demi-marathon me paraissait totalement impossible à atteindre. Tout est relatif….et une question de volonté et de temps passé à arpenter chemins et routes un pas après l’autre !

Dans quel but t’es-tu jointe aux Guépards ?

Ça faisait plusieurs années que je courrais seule et j’avais envie de compagnie ! Il fallait que je trouve d’autres individus partageant la même dépendance que moi !!! Un non coureur ne comprend pas toujours la valeur qu’un `Personal Best` peut avoir à nos yeux ! C’est primordial de pouvoir partager sa passion avec d’autre coureurs, d’échanger ses expériences et conseils, et de participer à divers événements ensemble. Cela m’a aussi permis d’obtenir de judicieux conseils de la part des entraineurs afin de m’améliorer. C’est un club où l’accueil est extrêmement chaleureux, peu importe notre niveau, et nos objectifs !

Logo signature

Karine Doucet

Karine DoucetKarine Doucet

Depuis quand cours-tu ?
Je cours depuis juin 2010 (actuellement un peu plus de 3 ans). J’ai commencé en marchant/courant dans ma rue pendant environ 15 minutes. Après 2 à 3 semaines, je pouvais faire le même trajet seulement à la course. Lorsqu’on s’y met, on voit rapidement une amélioration. C’est le sport dans lequel je me suis le plus engagée dans ma vie. J’ai choisi d’essayer la course car c’est simple, quand on y pense. Pas d’excuse comme le gym qui est trop loin ou que ça prend trop de temps. Tu mets le pied dehors, tu cours, tu rentres chez toi. Point. Et c’est le meilleur rapport qualité/prix !
.
Que représente la course pour toi ?
La santé, tout simplement. Je voulais avant tout donner l’exemple. Je voulais que mes enfants soient actifs, mais je ne pouvais pas exiger d’eux ce que je ne faisais pas moi-même. C’est devenu un mode de vie. À mon grand bonheur, ils aiment me suivre à l’occasion sur de courtes distances et ils sont si fiers de recevoir une médaille pour leurs exploits ! Et la chose qui me rend plus heureuse, c’est que je constate que mon exemple ne se limite pas à ma famille immédiate. Plusieurs personnes, en me voyant commencer et avancer toujours un peu plus loin, un peu plus vite, ont envisagé, essayé et même carrément embarqué sérieusement dans la course. Je suis heureuse d’avoir pu changer la vie des autres pour le mieux.
.
Quel est ton meilleur souvenir de course à pied ?
Je dirais que c’est lorsque j’ai terminé mon premier demi-marathon, en septembre 2011, soit à peine un peu plus d’un an après avoir commencé à courir. La sensation de savoir que l’on vient d’accomplir quelque chose de colossal et de réaliser que maintenant, on peut rêver encore plus loin, c’est fantastique ! Un trop plein d’émotions qui coupe le souffle. Je le sais, j’ai vu une personne réagir de la même façon lorsque j’ai traversé le fil d’arrivée l’année suivante. Je me suis dit : « Tiens, je sais exactement comment elle se sent ! ».
.
Quel est ton prochain objectif ?

À court terme, je souhaite prendre de la vitesse et aller courir un demi-marathon à Disney, un endroit qui m’émerveille sans cesse. À moyen terme, j’aimerais réaliser un marathon. On m’a récemment parlé d’un sprint, c’est-à-dire un triathlon de courte distance, soit 750 m de nage, 20 km de vélo et 5 km de course. Je songe donc sérieusement à travailler les autres disciplines pour pouvoir réaliser ce nouvel objectif. J’ai de quoi m’occuper pendant un petit bout encore ! Et ça me fera de nouveaux beaux souvenirs !

 .
Dans quel but t’es-tu jointe aux Guépards ?
J’avais envie de m’entraîner avec des gens qui s’y connaissent. Ça faisait 3 ans que je courais en faisant ce qui me semblait être bon, mais sans réel encadrement. Les Guépards offrent un soutien mais sans obligation. Ils sont également là pour donner de bons conseils, entre autres pour éviter les blessures, parfois même les soulager. On est entouré de gens passionnés et passionnants qui donnent le goût de donner le meilleur de nous-mêmes. Moi qui préférais courir seule, je ne peux maintenant plus m’en passer. On s’encourage et on y va !
Logo signature